Chronique nos chemins se sont croisés PARTIE 03

Chronique nos chemins se sont croisés

Partie 03




Alors Il a décidé de demandé ma main, il a même parlé à ses parents, ils étaient bien d’accord même sils m’ont jamais vu, par contre il m’a déjà passé sa mère au tel, j’étais toute contente, mais en même temps, j’avais peur des réactions de mes parents, j’ai décidé de leurs parler, j’ai dit à ma mère que c’était un médecin, qu’il est kabyle tout comme elle, elle a finit par accepter, elle a parlé avec mon père, il est venu me voir, il m’a dit le dernier mot revient à toi ma fille , si tu trouves que c’est quelqu’un de bien, d’une bonne famille,alors moi je te fais confiance. ils étaient rassurés car il est médecin.son père a parlé à le mien, ils se sont mis d’accord pour la date qu’ils viennent demander ma main, c’était pour un vendredi après midi, j’étais aux anges, on a tout préparé pour ce jour la, j’avais un peu peur  de la réaction de sa mère quand elle me verrai, j’ai commencé à délirer comme une folle, genre je plairai  pas à sa famille…entre temps je passais voir sara ,elle m’a rassuré que tout va bien se passer, mais au fond de moi il y avait un mauvais pré sentiment. Alors que ce fameux vendredi est venu, on a bien arrangé la maison pour les accueillir, ma mère a préparé un bon couscous ,moi et ma petite sœurs on s’occupait des gâteaux, juste après je me suis bien préparée, j’ai mis une jalaba kabyle toute belle, que j’ai acheté vraiment chère spécialement pour cette occasion.après ljoumou3a,nassim m’a appelé, il m’a prévenu qu’ils sont arrivée, j’avais le cœur qui battait très fort, mon père leur a ouvert la porte, il est venu avec ses parents, sa grand-mère, ses deux oncles avec leurs épouses,ils ont ramené un grand gâteaux des fruits …  après avoir échangé les salutation, mon père les as invité à s’assoir au salon, moi j’étais encore dans ma chambre, ma mère les as laissé, elle est venue me voir, elle était toute rouge, elle était vraiment bizarre ,c’est comme sil y avait  quelque chose qui la déranger vraiment, je lui ai dit ma mère qu’est ce qui t’arrive prkoi tu es comme ça, elle m’a dit c’est juste la fatigue ma fille, elle m’a demandé de sortir les voir, j’étais toute timide, je les ai salué, sa mère disait elle est belle la femme de mon fils allah barek, tout le monde me regardait moi tellement j’étais timide j’arrivais même pas à lever mes yeux, je regarde de temps en temps Nassim qui me souris ;sa mère m’a parlé elle m’a posé pleins de questions : tu connais bien la cuisine, mon fils aime pas manger dehors,elle a commencé à me citer une toute grande liste des plats kabyles mdrr,moi je répondais toujours par oui,meme si je ne connaissais pas meme les noms, elle m’a dit vous pouvez vivre avec nous aussi,ça nous fera vraiment plaisir,je lui ai dit mais bien sur que oui,j’aimerai bien vivre avec vous comme ça je prenderai bien soin de vous, vous serai ma deuxième famille,d’ailleurs j’ai décidé de vous appeler yamma pour toi et vava (mon père)  pour ton mari .après je leur ai ramené du café et des boissons, j’ai remarqué quelque chose de bizarre, ma mère était choquée, c’était pareil pour son père, sur le coup je savais pas si j’étais la seule qui a remarqué ça, malgré tout ils ont continué  à échanger les discussions jusqu’à ce qu’ils ont évoqué les fiançailles et le mariage. Enfin ils se sont mis d’accord qu’on fasse une seule grande fête en fin été. à leur départ j’ai vu ma mère pleurait comme pas passible, j’ai même pleuré avec elle, elle m’a dit ma fille tu vas bientôt nous quitter, je ne sais pas ce que va devenir cette maison sans toi, je ne pourrai jamais supporter ça,elle m’a pris dans ses bras, on a pleuré toute les deux, mon père nous a vu de loin,j’ai vu ses yeux brillaient, le seul qui était heureux c’était mon frère, il m’a dit bientôt nethanaw menik,tu vas nous libérer ta place, il était triste lui aussi mais il voulait pas le montrer. J’étais triste en même temps très heureuse car j’ai laissé une bonne impression chez ses parents, sauf qu’il m’a dit que son père était un peu gêné  …à suivre