Chronique de Rayane Partie_08

Chronique de Rayane
Partie_08






Elle part et reviens me dire, qu’elle dort encore, je lui demande de l’aider à préparer le déjeuner, elle me répond qu’elle a déjà fait la soupe ce matin, il ne me restait plus rien à faire chez eux, je la salue et je m’en vais. 
Les jours passèrent et Anis ne m’a jamais appelé, j’en ai conclu que c’était fini entre nous. Je décide de tout oublier et me concentrer sur mes études, il faut dire que depuis que j’ai changé de pays, je n’étais plus cette brillante fille dans ses notes, je me suis trop laissée allée, je n’étais plus cette fille qui s’acharnait sur les cours et les séries d’exercices ! 
Quand les vacances de printemps sont arrivés en Algérie, Mehdi prends un billet pour Paris, puis de Paris à Lyon, et là ont été les retrouvailles, il m’avait dit qu’il allait venir mais il ne m’avait pas prévenu qu’il ramenait avec lui ma maman que je n’ai pas vu depuis des mois à part sur Skype. Ce fut les plus belles retrouvailles que j’ai pu avoir, après avoir pris ma mère dans mes bras, j’ai pris Mehdi dans mes bras, ce fut le 3ème câlin émotive qu’on a eu après celui du bac et de Yasmine Lahyerhamha. 
La semaine que j’ai passé avec eux était magique, les plats de mamans et ses câlins m’avaient tellement manqués, les sorties avec Mehdi étaient comme avant sauf l’endroit qui changeait.
Un jour j’étais sortie faire des courses avec Mehdi dans la superette et comme par hasard on croise Anis dans la même superette, il nous regarde étonné, il nous dit bonjour, je lui demande des nouvelles de sa maman et fin.
Le soir il se souvient enfin que j’ai un téléphone et il m’appelle.
Moi : Allo, oui ?
Anis : Tu fais quoi ? 
Moi : Bonsoir, je vais bien hamdouLah et toi ? 
Anis : Oui j’avais vu que tu allais bien, très bien même, d’ailleurs tu n’as même pas attendu que je te dise que c’est fini entre nous, tu es allée chercher auprès de Mehdi. 
Moi : Mehdi m’a ramené ma maman et ils partent dans deux jours, je pensais que c’était fini, que tu n’avais pas besoin de le dire. 
Anis : Ce n’est pas fini Rayane, j’essaye de me focaliser sur ma maman, tu connais très bien notre situation, je ne peux même pas la renvoyer en Algérie seule, mon père n’est venue la voir ici que 2 fois, t’imagine ! 02 fois !!!
Moi : J’ai proposé mon aide plus d’une fois, c’est sensée être comme ça dans un couple mais toi tu m’envoyais balader à chaque fois, tu préfères l’aide de la cousine blonde. Pourtant ta maman sait pour nous, je lui ai parlé au téléphone plusieurs fois, tu n’as aucune excuse. 
Anis : Je ne voulais pas que tu prennes la fuite comme l’autre jour … 
Moi : Ah parce que en m’ignorant et me mettant de côté, les choses allaient s’arranger ?!
Anis : Ecoutes, la semaine prochaine mon frère et sa femme vont prendre ma mère chez eux à Toronto, je profite avec elle le max, la semaine prochaine on se verra et on discutera du mieux qu’on peut pour surmonter ça. 
Moi : J’ai perdu foi en toi sincèrement, mais si tu veux qu’on en parle, je viendrai en parler comme une personne civilisée qui pense que les gens ont besoin d’une explication pour chaque décision prise envers eux.
Anis : Ne dit pas ça bébé, je te jure que je t’aime encore. 
Moi : On se voit samedi ?!
Anis : Ma mère part vendredi, d’accord, on fixe pour samedi alors ! 
On raccroche ! 
Maman et Mehdi sont partis, me laissant un vide qui ne se comble pas, les 4 jours à venir, j’attends l’appel de Anis désespérément mais il n’appelle pas comme toujours. 
Le samedi vers 11h je l’appelle, sa cousine de caca réponds : Allo, Rayane !
Moi : Win rah Anis ?! -___- 
Elle : Il prend sa douche, il doit prendre le train dans quelques minutes, je lui dirai que tu as appelé ! 
Et elle me raccroche au nez. 
Moi sous les nerfs : HEIN ? Le train ? Il a des soucis ou il m’évite ? Putin de quoi elle se mêle celle-là !!!
Je rappelle, le téléphone est éteint, je rage, je prends mon sac et je sors destination son appart (Comme une psychopathe obsédée, mais je vous jure, sah j’étais vraiment sur les nerfs c’est pour ça, j’étais prête à leur mettre les points sur les i et ne plus entendre parler de lui lol)….#à_suivre